Municipales – Réponses au questionnaire – Andrésy

Les candidats d’Andrésy ont tous répondu au questionnaire préparé par « Un Vélo Qui Roule ». Voici les réponses que nous avons reçues, triées arbitrairement dans l’ordre de réception.

Réponse de la liste « Andrésy Dynamique »

Circulation en vélo
  • Quel est votre positionnement quant aux double-sens cyclables ?
    Le double sens cyclable, aussi appelé contre-sens cyclable, est une voie à sens unique pour les véhicules à moteur mais à double sens pour les cyclistes.

    Très favorable et sera généralisé à toutes les voies mises à 30 km/h.

    Mieux, certaines voies étroites seront mises en espaces partagés vélo piétons où les véhicules motorisés ne sont plus prioritaires

  • Pensez-vous développer le « cédez-le-passage cycliste au feu rouge », qui permet aux cyclistes de tourner à droite (ou aller tout droit selon la configuration du carrefour), quand le feu est rouge et sous certaines conditions ?
    Favorable mais à voir au cas par cas selon la configuration, la densité de circulation etc.
  • Avez-vous prévu d’élaborer un schéma de circulation douce (plan qui répertorie toutes les voies de locomotion douce) dans l’optique de le densifier ?

    OUI plan de circulation déjà élaboré en partenariat avec la Communauté d’agglomération des 2 rives de seine :

    Deux axes principaux dans le sens longueur de la ville et liaisons transversales

    et

    Liaisons intercommunales notamment vers RER et continuité bords de seine

  • Pensez-vous mettre en place un Plan de Déplacement d’Entreprise à la mairie, visant à encourager le personnel municipal à utiliser les modes alternatifs à la voiture en solo ?
    OUI
  • Quelles autres actions envisagez-vous pour promouvoir l’usage du vélo en ville ?
    Notre municipalité prévoit :

    • la désignation d’un élu référent Vélo et piétons
    • la poursuite de l’opération « challenge vélo » avec la communauté d’agglomération des 2 rives de seine
    • des interventions en écoles (volontaires) en vue des permis vélos et piétons
    • parcours éducatif méné par la police municipale
    • une politique menée en partenariat avec l’association Réseau Vélo 78
Sécuriser
  • Quelles mesures pensez-vous mettre en œuvre pour sécuriser les parkings à vélo et limiter le vol de vélos ?

    Nous proposerons le gravage des vélos qui limite les vols

    Voir la possibilité de mettre des locaux fermés partiellement à code ou carte (à étudier notamment avec la sncf près des gares)

  • Avez-vous l’ambition de généraliser la vitesse de référence des véhicules à 30km/h en zone urbaine et résidentielle ?
    Généraliser le 30km/h en ville permet de retrouver le sens premier de nos rues : des espaces à vivre et à partager en toute quiétude. Une telle mesure contribue à réduire les nuisances sonores, la pollution de l’air, sécurise nos villes et augmente la convivialité et le bien être des usagers dans l’espace public. Voir http://fr.30kmh.eu/

    La vitesse de 30 sera généralisée en voie étroite et certaines voies seront mises en espaces partagés où piétons et cyclistes sont prioritaires.

    Attention certains axes doivent rester à 50 pour ne pas pénaliser le transport en commun que nous voulons aussi promouvoir

  • Êtes-vous prêts à sacrifier du stationnement automobile au profit d’aménagements piétonniers (trottoirs élargis, plateaux piétonniers…) ou cyclables (création de pistes ou bandes, installation d’arceaux) ?
    Le stationnement sera modifié par endroit pour laisser place aux circuits et bandes cyclables et aussi pour mettre en œuvre les accessibilités PMR

Réponse de la liste « Construisons Ensemble un Andrésy Solidaire »

Lettre accompagnatrice

La liste « Construisons Ensemble un Andrésy Solidaire » a joint une lettre à ses réponses. Nous la reproduisons ici.

Madame, Monsieur,

Nous avons bien reçu votre questionnaire et vous trouverez ci-joint nos réponses à vos questions. Nous nous tenons bien-sûr à votre disposition pour discuter avec vous plus en détail de ces sujets.

Une fois élus, pour mettre en œuvre les actions de progrès ci-après évoquées, nous reprendrons bien entendu contact avec vous et les associations cyclistes d’Andrésy et alentours.

De façon générale nous sommes favorables à limiter la circulation automobile, génératrice de nuisances sonores et chimiques et facteur de tensions permanentes, et lui substituer des solutions alternatives : limitation des déplacements (commerces et activités de proximité), transports collectifs ou partagés, circulations douces, …. Vous trouverez sur notre site http://www.ceas-andresy.fr/ les nombreux éléments de notre projet qui vont dans ce sens, et nos réponses à vos questions en explicitent quelques-uns.

Par ailleurs c’est en concertation avec les associations et les habitants que nous comptons prendre ces dispositions.

Nous tenons à insister plus particulièrement sur un point non développé dans votre questionnaire concernant l’importance que présente pour nous un atelier vélo coopératif. C’est bien par des actions de ce type développant entraide et convivialité que peut s’encourager l’usage du vélo. Nous mettrons tout en œuvre pour aider de telles associations.

En nous tenant à votre disposition pour tout dialogue avec vous sur ces sujets, étant de surcroît un certain nombre de membres de notre Liste à utiliser assez souvent nos vélos pour les déplacements urbains de proximité.

Sincèrement vôtre

Pour CEAS « Construisons Ensemble un Andrésy Solidaire »

Philippe Laville

Circulation en vélo
  • Quel est votre positionnement quant aux double-sens cyclables ?
    Le double sens cyclable, aussi appelé contre-sens cyclable, est une voie à sens unique pour les véhicules à moteur mais à double sens pour les cyclistes.

    Mis progressivement en place dans les municipalités les plus actives, il est pertinent et en particulier dans le cadre de la réglementation des Z30 et ZR.

    Nous proposons que cette mise en place se fasse en étroite collaboration avec les associations cyclistes (dont la vôtre) et les habitants qui connaissent bien les rues et leurs défauts, pour permettre le maximum de circulation aux vélos tout en vérifiant que cela ne pose pas de problème de sécurité (nous pensons en particulier aux routes en pente étroites et en lacets) et examinant quels aménagements seraient nécessaires.

  • Pensez-vous développer le « cédez-le-passage cycliste au feu rouge », qui permet aux cyclistes de tourner à droite (ou aller tout droit selon la configuration du carrefour), quand le feu est rouge et sous certaines conditions ?

    Nous considérons que c’est un dispositif positif, qui existe dans certains pays d’Europe et se met progressivement en place en France avec les modifications du Code de la route (et les dispositions réglementaires publiées en janvier 2012).

    Le nombre de feux rouges concernés à Andrésy est restreint et nous proposons d’examiner avec les associations cyclistes et les habitants au cas par cas les problèmes que pourrait poser la mise en place de ce dispositif avec la volonté de le réaliser.

  • Avez-vous prévu d’élaborer un schéma de circulation douce (plan qui répertorie toutes les voies de locomotion douce) dans l’optique de le densifier ?

    Bien-sûr.

    Pour les chemins piétons : Andrésy dispose de nombreuses sentes piétonnes qui descendent de l’Hautil à la Seine ou qui suivent le flanc des coteaux, notamment le long de la voie ferrée. Malheureusement ces sentes sont mal entretenues et il n’y a pas toujours des continuités de parcours.

    Nous avons largement discuté de ce sujet lors de notre réunion d’urbanisme dont vous trouverez un résumé sur notre site (voir vidéo les cheminements http://www.ceas-andresy.fr/actus/resume-de-la-reunion-urbanisme-du-31-janvier-en-videos, voir aussi notre projet http://www.ceas-andresy.fr/notre-projet/utiliser-la-richesse-des-sentes).

    L’idée est de réhabiliter ces sentes et d’en assurer la continuité de façon à en faire non seulement des lieux de promenades mais aussi des chemins donnant accès aux commerces, aux écoles et aux gares dans la vie de tous les jours et ainsi de limiter les problèmes liés à la circulation automobile et au stationnement.

    Pour les chemins cyclistes : le schéma de circulation de la CA2RS (Communauté d’Agglomération des deux Rives de Seine) est très limité, notamment à Andrésy. Il s’agit de le développer en profitant notamment des lignes de rupture que constituent d’une part le CD55 et d’autre part le talus de la voie ferrée. Cela complétera les voies cyclistes des Berges de Seine. La voie cycliste mise en place sur la CD55 par le conseil général ne correspond à rien (problème de gravillons, sécurité non assurée) il s’agit de la réétudier.

    L’ensemble des ces dispositions devra faire l’objet d’un plan de circulation douce, suite à une concertation publique.

  • Pensez-vous mettre en place un Plan de Déplacement d’Entreprise à la mairie, visant à encourager le personnel municipal à utiliser les modes alternatifs à la voiture en solo ?

    Cette question en dissocie deux :

    • Concernant les déplacements gérés par la ville et ses véhicules, nous souhaitons les rationaliser et proposer d’autres modes alternatifs et plus économiques (vélos, vélos électriques et véhicules propres, en nombre raisonnable et progressivement). Cela sera en lien avec l’audit énergétique des locaux et fonctionnements des équipements publics. Ceci du fait du parc voitures de la commune, important et ancien, ainsi que nous l’avons annoncé lors de notre conférence de presse publique rendant compte de notre audit citoyen des comptes de la Mairie (voir sur notre site http://www.ceas-andresy.fr/actus/la-conference-de-presse-du-13-fevrier-sur-laudit-des-comptes-en-videos).
    • Concernant le personnel communal, nous ne pouvons répondre avant cette sensibilisation. Nous serons ouverts à toute demande que pourrait être formulée et serons propositionnels sur les sujets du transports alternatif à la voiture individuelle : co-voiturage, navette, transports collectifs… Ceci en lien avec un plan de déplacements urbains privilégiant les transports publics collectifs et agissant pour leur amélioration.
  • Quelles autres actions envisagez-vous pour promouvoir l’usage du vélo en ville ?

    Nous voulons alléger la circulation des automobiles en offrant des alternatives, soutenues par des campagnes d’information et de débats (en particulier dans le cadre des différents projets d’Assises de la démocratie précisés dans notre plaquette d’engagements et en lien avec le « diagnostic santé » et ses suites : voir http://www.ceas-andresy.fr/actus/notre-projet-en-plaquette)  : promouvoir la marche en restaurant les sentes, étudier la création de nouvelles circulations mixtes vélo/piétons en concertation avec les habitants des quartiers concernés, étude de possibilités de transports publics sur le fleuve (bateau-bus), encouragement de pédibus pour les enfants et co-voiturages, développement de nouvelles pistes à vélos sans oublier le traitement de connexions intéressantes et leur sécurité.

    Il appartiendra aux associations cyclistes et aux habitants de nous faire part de leurs suggestions pour améliorer l’usage du vélo en ville et nous serons à leur écoute. Parmi les actions spécifiques envisagées :

    • Bouclage / mise en connexion des pistes prévues
    • Attention / révision des intersections dangereuses
    • Mise en place de stationnement vélo, notamment près des espaces publics ;
    • Tenter avec la SNCF des implantations aux gares de dépôts/entretiens vélos
    • Aides aux associations de réparation de vélos ;
    • Intervention auprès du Conseil général pour qu’il revoie le parking vélo du collège aujourd’hui à l’extérieur du collège et à l’air libre ;
    • Mise en place d’un système de type Velib (en lien avec les communes environnantes) …
Sécuriser
  • Quelles mesures pensez-vous mettre en œuvre pour sécuriser les parkings à vélo et limiter le vol de vélos ?
    C’est à étudier avec vous, bien que nous n’ayons pas connaissance de problèmes aigus de ce type à Andrésy; nous sommes ouverts à toutes suggestions que pourraient avoir les associations cyclistes ou les habitants.
  • Avez-vous l’ambition de généraliser la vitesse de référence des véhicules à 30km/h en zone urbaine et résidentielle ?
    Généraliser le 30km/h en ville permet de retrouver le sens premier de nos rues : des espaces à vivre et à partager en toute quiétude. Une telle mesure contribue à réduire les nuisances sonores, la pollution de l’air, sécurise nos villes et augmente la convivialité et le bien être des usagers dans l’espace public. Voir http://fr.30kmh.eu/

    La vitesse de la circulation automobile pose effectivement des soucis dans un certain nombre de voies d’Andrésy. Il s’agira de la limiter de façon à retrouver sérénité et réduire les pollutions (sonores et chimiques).

    La manière de réduire cette vitesse sera étudiée avec les habitants (limitation à 30km/h, chicanes, autres aménagements).

    Nous envisageons de proposer la priorité aux vélos sur les berges et d’autres rues à prévoir dans le futur plan de déplacement à réaliser avec les habitants, les cyclistes, les associations.

  • Êtes-vous prêts à sacrifier du stationnement automobile au profit d’aménagements piétonniers (trottoirs élargis, plateaux piétonniers…) ou cyclables (création de pistes ou bandes, installation d’arceaux) ?

    Nos objectifs sont de :

    • limiter d’une part la circulation automobile en règle générale en offrant des solutions alternatives : transports en communs, cheminements doux, …
    • améliorer les trottoirs, et c’est particulièrement nécessaire à Andrésy : trottoirs plats et élargis sans obstacles (panneaux publicitaires, arrêts de bus, poteaux électriques…) pour répondre aux besoins des personnes handicapées et des poussettes ;
    • permettre le stationnement sécurisé des vélos.

    Cette démarche est une œuvre de longue haleine tellement la tâche est importante à Andrésy où rien n’a été conçu de cette façon depuis de nombreuses années. Elle passe certainement par une remise en cause du stationnement automobile au centre-ville, mais aussi près des gares.

Réponse de la liste « Andrésy Énergies Renouvelées »

Circulation en vélo
  • Quel est votre positionnement quant aux double-sens cyclables ?
    Le double sens cyclable, aussi appelé contre-sens cyclable, est une voie à sens unique pour les véhicules à moteur mais à double sens pour les cyclistes.
    Nous sommes favorables au double-sens cyclable et nous sommes convaincus qu’il s’agit là d’un moyen de sécuriser les vélos et de pacifier la rue. Nous souhaitons donc en généraliser l’application partout où cela est possible sur Andrésy.
  • Pensez-vous développer le « cédez-le-passage cycliste au feu rouge », qui permet aux cyclistes de tourner à droite (ou aller tout droit selon la configuration du carrefour), quand le feu est rouge et sous certaines conditions ?
    Oui et en priorité à deux endroits :

    • Au croisement de la rue Pasteur et de la rue du Maréchal Foch
    • Au croisement de la rue de Triel et de l’avenue des Coutayes
  • Avez-vous prévu d’élaborer un schéma de circulation douce (plan qui répertorie toutes les voies de locomotion douce) dans l’optique de le densifier ?

    Oui. Nous souhaitons notamment avoir une vraie politique d’amélioration des liaisons pédestres sur Andrésy avec la création d’une signalétique comportant les temps de parcours d’un point à un autre.

    Concernant les itinéraires cyclables, nous sommes favorables à une densification rapide de ces itinéraires. C’est pour cela que nous privilégierons la signalétique au sol (bande cyclables, marquage vélo aux feux et au sol) sur des aménagements lourds (de type piste cyclable séparée de la chaussée qui jusqu’ici sur Andrésy n’ont pas été réalisé aux endroits les plus pertinents).

  • Pensez-vous mettre en place un Plan de Déplacement d’Entreprise à la mairie, visant à encourager le personnel municipal à utiliser les modes alternatifs à la voiture en solo ?

    Le Plan de Déplacement d’Entreprises reste aujourd’hui l’apanage des gros employeurs (les aides de l’ADEME sur la mise en œuvre de ces plans sont ainsi prioritairement attribuées aux employeurs de plus de 300 salariés).

    Compte tenu de la configuration géographique d’Andrésy et de la répartition des services municipaux dans la ville, il nous semble cependant important de réfléchir à une utilisation plus rationnelle du parc automobile, à son renouvellement par des véhicules plus économes et à la promotion d’autres modes de déplacement en interne des services (notamment le vélo à assistance électrique).

    Nous souhaitons aussi faciliter la vie et les déplacements des citoyens en créant un guichet unique en mairie (avec un pendant numérique sur le site internet de la mairie) de façon à éviter les déplacements inutiles des habitants.

  • Quelles autres actions envisagez-vous pour promouvoir l’usage du vélo en ville ?
    • Réalisation et diffusion de fiches itinéraires à vélo (pour se rendre aux gares RER, pour se rendre à Cergy-Préfecture…) comme a pu le faire la ville de Jouy-le-Moutier
    • Appui logistique à l’organisation d’ateliers de réparation – vélo
    • Communication par le biais du journal municipal sur les règles de circulation à vélo (pour les cyclistes).
    • Installation d’arceaux de stationnement à proximité des espaces de commerce, de services publics ou de loisirs en privilégiant l’installation de petites stations de 2-3 arceaux distantes de quelques dizaines de mètre plutôt que l’installation d’une grosse station (comme cela a pu se faire lors de la réfection du Boulevard Noël Marc).
Sécuriser
  • Quelles mesures pensez-vous mettre en œuvre pour sécuriser les parkings à vélo et limiter le vol de vélos ?

    Nous informerons régulièrement les Andrésiens sur la nécessité du bon équipement en matière de sécurité des vélos (antivol en U) et organiserons plusieurs opérations de gravage Bicycode.

    Nous étudierons avec la SNCF l’installation de consignes à vélo sécurisées et fermées aux abords des deux gares de la ville.

  • Avez-vous l’ambition de généraliser la vitesse de référence des véhicules à 30km/h en zone urbaine et résidentielle ?
    Généraliser le 30km/h en ville permet de retrouver le sens premier de nos rues : des espaces à vivre et à partager en toute quiétude. Une telle mesure contribue à réduire les nuisances sonores, la pollution de l’air, sécurise nos villes et augmente la convivialité et le bien être des usagers dans l’espace public. Voir http://fr.30kmh.eu/

    Andrésy possède déjà beaucoup de rues dont la configuration ne permet pas de rouler à plus de 30km/h. Généraliser le 30km/h dans ces secteurs ne fera donc qu’officialiser un état de fait.

    Nous souhaitons par ailleurs réfléchir à l’instauration de zones limitées à 20km/h aux abords des commerces ou des écoles afin de sécuriser les autres usagers de la rue (piétons et vélos notamment).

  • Êtes-vous prêts à sacrifier du stationnement automobile au profit d’aménagements piétonniers (trottoirs élargis, plateaux piétonniers…) ou cyclables (création de pistes ou bandes, installation d’arceaux) ?
    Nous sommes prêts à réduire l’espace accordé à la voiture (stationnement et circulation) au profit d’aménagements piétonniers et/ou cyclables. Cela devra cependant tenir compte des contraintres propres à chaque quartier (notamment là où l’activité commerciale de proximité est forte).

Réponse de la liste « Andrésy au coeur de l’action »

Circulation en vélo
  • Quel est votre positionnement quant aux double-sens cyclables ?
    Le double sens cyclable, aussi appelé contre-sens cyclable, est une voie à sens unique pour les véhicules à moteur mais à double sens pour les cyclistes.
    Nous sommes favorables et, dans le cadre du Plan de circulations douces de la ville d’Andrésy (réalisé en cohérence avec le Plan de la CA2RS), nous commençons actuellement cette mise en place.
  • Pensez-vous développer le « cédez-le-passage cycliste au feu rouge », qui permet aux cyclistes de tourner à droite (ou aller tout droit selon la configuration du carrefour), quand le feu est rouge et sous certaines conditions ?
    Oui. Toutefois, il convient de bien étudier la configuration de chaque carrefour afin de ne pas risquer un accident. Donc favorable a priori.
  • Avez-vous prévu d’élaborer un schéma de circulation douce (plan qui répertorie toutes les voies de locomotion douce) dans l’optique de le densifier ?
    Réalisé par la ville d’Andrésy, en parfaite cohérence avec le Plan de circulations douces de la CA2RS. Nous avons avec
    la CA2RS, compétence en voiries, déjà réalisé les quais de Seine, le boulevard Noël Marc en centre ville, la RD48 et prochainement à la demande
    expresse de la ville depuis 2013 le pont Andrésy-Conflans va être élargi pour sécuriser piétons-vélos séparés.
  • Pensez-vous mettre en place un Plan de Déplacement d’Entreprise à la mairie, visant à encourager le personnel municipal à utiliser les modes alternatifs à la voiture en solo ?
    Cela fait partie de l’Agenda 21 d’Andrésy. C’est un point qui reste à rendre plus opérationnel.
  • Quelles autres actions envisagez-vous pour promouvoir l’usage du vélo en ville ?
    Dans le cadre du développement des trajets gare-domicile et des circulations tourisme loisirs, nous travaillons actuellement
    avec la CA2RS à la mise en place de location vélos – vélos électriques pour se rendre de gare à gare ou de gare à sites stratégiques – loisirs – tourisme.
Sécuriser
  • Quelles mesures pensez-vous mettre en œuvre pour sécuriser les parkings à vélo et limiter le vol de vélos ?
    Nous sommes en négociation avec la SNCF et le STIF dans le cadre de l’aménagement des parkings voitures et vélos de la gare
    d’Andrésy (projet Gare). Ce point est particulièrement étudié dans le cadre du Plan de circulations douces de la CA2RS.
  • Avez-vous l’ambition de généraliser la vitesse de référence des véhicules à 30km/h en zone urbaine et résidentielle ?
    Généraliser le 30km/h en ville permet de retrouver le sens premier de nos rues : des espaces à vivre et à partager en toute quiétude. Une telle mesure contribue à réduire les nuisances sonores, la pollution de l’air, sécurise nos villes et augmente la convivialité et le bien être des usagers dans l’espace public. Voir http://fr.30kmh.eu/
    Concrétement c’est ce que nous faisons sur Andrésy. Nous avons largement étendu les zones 30 sur le centre ville et aux
    alentours du centre, notamment dans le cadre des travaux de réaménagement et d’embellissement du centre-ville.
  • Êtes-vous prêts à sacrifier du stationnement automobile au profit d’aménagements piétonniers (trottoirs élargis, plateaux piétonniers…) ou cyclables (création de pistes ou bandes, installation d’arceaux) ?

    Là aussi, c’est ce que nous faisons à chaque fois que nous aménageons ou requalifions nos voiries.

    Preuve en est, nos aménagements quais de Seine et centre-ville qui se continueront jusqu’au carrefour de l’Europe.

    Rappelons que depuis déjà 8 ans environ les quais de Seine (de part et d’autre du centre ville) et le quai de l’Oise sont fermés
    à la circulation automobile les dimanches et jours fériés (grand succès auprès des usagers).

Compte-rendu de l’atelier du 29 juin 2013 à Conflans-Sainte-Honorine

Il a fait beau et chaud ce dimanche 29 juin sur la place Fouillère et l’ombre des tilleuls n’a pas été de trop pour apporter un peu de fraîcheur aux courageux bénévoles de l’association UVQR.

Pour la première fois depuis que nous organisons des ateliers à Conflans-Sainte-Honorine, nous n’avons pas pu avoir d’article dans le VAC (pour des raisons de logistique) et le résultat est sans appel : trop peu de monde est passé nous voir avec seulement une quinzaine de passages. Pour rappel, le dernier atelier avait vu une fréquentation supérieure à la centaine.

Pourtant, malgré ce faible nombre, nous avons tout de même reçu trois nouvelles adhésions (ce qui est notre meilleur pourcentage d’adhésions par rapport à la fréquentation). Le constat est clair : peu de monde qui vient nous voir, c’est aussi du temps à leur consacrer. Nous avons pu aller plus loin que la simple réparation avant de passer au vélo suivant en discutant avec les personnes. Nous avons pu prendre le temps de présenter les objectifs de l’association, notre fonctionnement, ce que l’on fait concrètement. Nous avons pu expliquer l’intérêt d’adhérer et d’être ensemble…

En outre, « le temps libre » nous a recentré sur un autre objectif de l’association pour les membres : apprendre. Apprendre en observant les « experts » de l’association (nous pensons notamment à Philippe) qui ont su rendre facile et simple le démontage complet d’un axe de pédalier, son nettoyage, puis son graissage et son remontage.

Ainsi, malgré une fréquentation confidentielle, des points positifs subsistent et montrent qu’il nous faut trouver un juste milieu entre l’ambiance « usine » des précédents ateliers de réparation vélo et l’ambiance « détente » de cet atelier  ! Peut-être quand nous aurons un local ?

Randonnée Cyclotourisme organisée par la section cyclotourisme de l’USC

Le vélo ne sert pas qu’à se déplacer, il semblerait qu’on puisse également l’utiliser pour faire du sport ! La section cyclotourisme de l’union sportive de Conflans-Sainte-Honorine organise justement une randonnée dans deux semaines : de quoi découvrir un autre usage du vélo que celui auquel on est habitué (attention, le petit parcours « découverte » fait tout de même 36km).

Ci-dessous, toutes les informations nécessaires :

Aller à l’école à pied ou à vélo améliore la concentration

Cet article provient du site carfree, qui propose des pistes de réflexion pour sortir de la société du tout-voiture.

Carfree le disait déjà en 2011, aller à l’école à pied ou à vélo est bon non seulement pour la santé physique, mais aussi pour le développement cognitif des enfants. Une étude danoise à grande échelle confirme cette information.

Les enfants qui marchent ou utilisent leur vélo pour se rendre à l’école montrent une plus grande capacité de concentration. C’est ce qui ressort d’une étude à grande échelle dans les écoles danoises. Si vous avez l’habitude de déposer vos enfants en voiture à l’école, vous ne leur rendez donc pas service !

Le projet danois “Mass Experiment 2012” a examiné le lien entre qualité de l’alimentation, exercices et capacités de concentration. Près de 25 000 élèves âgés de 5 à 19 ans ont participé à l’étude, en répondant à des questions sur leurs habitudes en termes d’exercices physiques et en passant un simple test de concentration. Il consistait à réaliser un puzzle en forme de visage. Les résultats des enfants « transportés » en voiture, bus ou train se sont avérés moins bons que ceux des enfants qui effectuent eux-mêmes (à pied ou à vélo) le trajet domicile-école. L’effet bénéfique de cet exercice de début de journée perdure toute la matinée.

Lire la suite: http://alainwagenergreen.wordpress.com/2013/05/05/ecole-sy-rendre-a-pied-ou-a-velo-ameliore-la-concentration/

La rentrée … c’est aussi en vélo

C’est aussi la rentrée pour « Un Vélo Qui Roule » avec de belles actions prévues sur ce mois de septembre.

Nous serons évidemment présents le samedi 7 septembre 2013 au forum des associations de la ville de Conflans-Sainte-Honorine, place Chenevières. Comme l’année dernière, nous présenterons l’association, ses objectifs et les activités prévues sur l’année à venir. Par ailleurs, nous serons également présents sur le forum des associations de la ville de Maurecourt qui se tiendra à la même date. Cette invitation est une bonne nouvelle et montre l’intérêt de notre association dans la « Confluence » après l’organisation d’un atelier réparation sur Andresy à l’initiative des « Colibris d’Andresy ».

Ensuite, c’est le dimanche 22 septembre que nous ferons la rentrée des ateliers d’auto-réparation de vélos dans le cadre de la semaine de la mobilité sur Conflans-Sainte-Honorine à proximité de la place Fouillères.

Ces deux événements seront aussi l’occasion de communiquer sur … notre futur aménagement d’un atelier de réparation de vélos sur Maurecourt suite à une proposition de la municipalité. Précisons de suite que cela ne signifie en rien l’abandon de notre volonté de rayonner sur les trois villes de la confluence. Bien au contraire, cela facilitera nos actions et notre présence sur le terrain.

En ce début du mois de septembre, signalons l’excellente initiative de la ville de Conflans-Sainte-Honorine qui a édité la 1ère édition de Conflans-Sainte-Honorine à vélo, petit dépliant où nous pouvons trouver l’ensemble des aménagements cyclables sur la ville à l’aide d’une carte mais aussi des rappels sur le code de la route et la pratique de la bicyclette, quelques conseils pour rouler en sécurité et ou encore les organismes à contacter sur la ville. Ce petit guide est une excellente initiative et nous en ferons le relais dès que possible.

A signaler que sur le plan, la présence du premier « cédez-le-passage cycliste au feu rouge » à Conflans-Sainte-Honorine au niveau de la rue Anatole France et de la rue de Pierrefitte. La pose de la signalétique est en cours et cette expérimentation ne sera possible qu’une fois existante.

Il permet aux cyclistes de tourner à droite (ou aller tout droit selon la configuration du carrefour), quand le feu est rouge et sous certaines conditions. Les cyclistes doivent faire preuve de prudence et respecter en toute circonstance la priorité accordée aux autres usagers, particulièrement les piétons auxquels ils doivent toujours céder le passage.
Pour rappel, cette initiative va dans le sens d’une évolution du code de la route en faveur des modes de circulation doux. Elle permet d’accompagner le développement du vélo en ville et de rendre plus fluide la circulation des cyclistes. C’est aussi un moyen d’éviter certains conflits entre les cyclistes et les véhicules arrêtés au feu, notamment celui de l’angle mort.

Si cette mesure va bien dans le sens du développement du vélo comme mode de déplacement, elle ne constitue qu’une étape. D’autres mesures sont susceptibles de renforcer les transports doux. Et, nous vous invitons à nous rejoindre pour en discuter et tendre à un meilleur partage de la voie publique au profit des transports doux.

Pour nous contacter : unveloquiroule(a)yahoo.fr

Atelier de Réparation Vélo le samedi 29 juin 2013 à Conflans-Sainte-Honorine

Pour bien préparer l’été et les balades à vélo qui l’accompagnent, l’association « Un Vélo Qui Roule » organise le samedi 29 juin prochain un atelier de réparation vélo à Conflans-Sainte-Honorine, sur la place Fouillère (en face du bistrot « Le Bouquet », à l’emplacement du marché du dimanche), de 10h à 17h.

Ce sera l’occasion pour tout le monde, petits et grands, de venir apprendre à entretenir ou réparer son vélo dans la bonne humeur, de rencontrer des cyclistes de la confluence et d’échanger sur le sujet.

Venez avec votre monture et votre sourire, l’association fournit conseils, pièces détachées (dans la limite des stocks) et outils.

Convergence 2013 – Dimanche 2 juin

dessin de Singer intitulé Voiture-Prison

Un Vélo Qui Roule invite tous les habitants du Confluent (Conflans-Ste-Honorine, Andrésy, Maurecourt) qui veulent revaloriser la place du vélo dans les déplacements en ville à participer à la prochaine Convergence cycliste le dimanche 2 juin.

A l’occasion de la fête européenne du Vélo, plusieurs milliers de cyclistes de toute l’Ile de France se donnent rendez-vous sur l’esplanade des Invalides pour un grand pique-nique.

Le premier but de cette manifestation est de combattre l’idée que le vélo ne serait pas adapté aux déplacements Paris-banlieue ou interbanlieue. Ce sera l’occasion de découvrir que venir à vélo d’Antony à la Porte d’Orléans ou de Versailles à la Porte de Saint-Cloud n’est vraiment pas un exploit.

Le second but est d’offrir aux Franciliens tout le plaisir d’une agréable journée et les inciter à pratiquer le vélo au quotidien pour le bien de la planète et du cycliste. C’est la dynamique de groupe et l’encadrement qui rassureront les plus hésitants, leur permettant de constater que nous sommes très nombreux à aspirer à d’autres modes de transports efficaces, conviviaux et cohérents avec l’urgence environnementale.

Rendez-vous à 8h45 à Conflans à la passerelle jaune (celle qui longe la N184 en traversant la Seine) avec un vélo en état de marche et un pique-nique.

Gravage de vélo, le samedi 1er juin 2013 à Conflans-Sainte-Honorine sur la place Romagné entre 10 h et 13 h

Entre 10 h et 13 h, le samedi 1er juin 2013, l’association « Un Vélo Qui Roule » organise avec la ville de Conflans un atelier marquage de vélo sur la place Romagné. Nous invitons toutes personnes souhaitant participer à cette opération à nous rejoindre, pour nous aider ou pour faire marquer son vélo, et à participer ainsi à la fête du vélo qui trouvera une prolongation le lendemain avec la convergence francilienne.

Pourquoi un « atelier marquage » ?

Car le vol est une des causes principales de non pratique du vélo. En France, si environ 400 000 vélos sont volés par an, 150 000 vélos sont retrouvés abandonnés. La difficulté est qu’ils ne peuvent être restitués à leur propriétaire. Faute d’identification, seulement 2 % des victimes récupèrent leur vélo ! Or, après un vol de vélo, 23 % des victimes renoncent à racheter un vélo et abandonnent donc la pratique du vélo.

Faire marquer son vélo consiste en la gravure d’un numéro unique et anonyme sur le vélo. Ce numéro constitue un lien direct entre le vélo et son propriétaire. Ce numéro doit être enregistré sur le fichier national des vélos mis en place par la fubicy. L’enregistrement s’effectue via un code confidentiel, remis lors du marquage de votre vélo.

En cas de vol, lors de la déclaration de vol du vélo, il faut simplement préciser que le vélo est marqué. Si le vélo est retrouvé, il pourra alors être restitué à son propriétaire. La police a l’obligation de consulter le fichier national des vélos marqués à partir du moment qu’elle retrouve un vélo marqué.

Des expériences réussies

Deux pays européens sont en avance au niveau du marquage du vélo : le Danemark et l’Allemagne. Ainsi, dans ces deux pays, les chances de retrouver son vélo après un vol peuvent dépasser 40 % (contre 2 % chez nous !)

Plusieurs autres pays ont commencé à expérimenter le marquage : Belgique, Pays-Bas, Grande-Bretagne, Finlande, Etats-Unis… et la France avec la FUBicy.

La voiture est indispensable

dessin de Singer intitulé Voiture-Prison

Lorsque les « anti-bagnoles » s’attaquent au symbole de liberté qu’est la voiture, lorsqu’ils dénoncent la société du tout-automobile, on leur rétorque assez souvent que, de toute façon, « la voiture est indispensable ». Cette affirmation, péremptoire, suffit généralement à détruire dans l’œuf toute discussion future : tout argument, toute idée avancée par les « anti-bagnoles » est balayé par le caractère parfaitement indispensable de l’objet. Nous verrons alors nombre de militants tenter d’infirmer cette allégation, sans jamais réussir à faire changer d’avis leurs interlocuteurs.

Disons-le tout net : oui, aujourd’hui, la voiture est indispensable. Alors, quoi, les écolos ont-il bouffé de la vache du cheval enragé ? Comment peuvent-ils ne pas voir que la voiture est indispensable ? Pourquoi se battent-ils contre ce qui est nécessaire ?

Je pense pour ma part que l’incompréhension entre « anti » et « pro » vient d’un problème de temporalité. Lorsqu’un anti-voiture expose ses idées, on imagine généralement qu’il veut voir disparaître l’intégralité des voitures de la rue dès le lendemain. Mais alors, rétorque le quidam judicieusement, comment je fais pour aller au boulot ? Faire mes courses ? Emmener le gamin à son cours de Rugby ? Aller voir tante Germaine ce week-end ? Et les magasins, comment seront-ils approvisionnés ?

Bien entendu, chacun de ces problèmes a une réponse, mais la plupart du temps elles s’étalent dans le temps. Réponse typique pour le trajet au boulot : habiter moins loin du boulot, relocaliser l’activité, prendre les transports en commun, développer les réseaux de transport en commun, développer les réseaux cyclables, etc.

Ainsi, d’une problématique présente, la réponse se projette dans le futur.

Et même si, pour une grosse partie des déplacements, il existe une alternative (aller chercher son pain à 500m, se rendre à la gare située à 1km, etc.), il n’en demeure pas moins qu’en l’état actuel de la société, la voiture est indispensable pour la majeure partie de la population.

Alors, quoi, est-ce que « Un Vélo Qui Roule » a retourné sa veste ? Serait-on subitement devenus pro-voiture ?

Hé bien non, au contraire : le fait que la voiture soit indispensable aujourd’hui est un argument supplémentaire en faveur de la lutte contre la société du tout-automobile.
Dire « la voiture est indispensable », c’est aussi dire « nous n’avons pas le choix ». C’est cette dictature extraordinaire qu’il faut absolument combattre. Comment a-t-on pu, en quelques dizaines d’années à peine, passer d’un monde sans voiture ou presque, à un monde où celle-ci est indispensable ? L’homme aurait besoin d’eau, de nourriture, d’air, de sommeil… et d’une voiture ? Comment peut-on accepter d’être à ce point inféodé à cet objet de métal puant, bruyant, terriblement dangereux et incroyablement coûteux [1] ?

L’action individuelle, à base de « si on veut, on peut » [2], certes nécessaire et salutaire, n’est pas suffisante pour combattre l’implacable rouleau-compresseur qui, à force de bétonnage et d’étalement urbain, rend la voiture indispensable. Ainsi, se battre contre la société du tout-voiture revient à réclamer que la voiture redevienne un moyen de transport parmi d’autres, qu’on peut choisir d’utiliser ou non. Ce combat devrait être mené à la fois par les amoureux de la voiture et leurs détracteurs, puisqu’il revient à réclamer le retour du choix pour tous. Et puis, nul doute que nombre d’automobilistes aimeraient voir les bouchons disparaître…

Obtenir ce simple résultat serait un formidable pas en avant et requiert déjà d’incroyables décisions politique et changements de mentalités : arrêt de l’étalement urbain et de son corollaire le mitage, relocalisation des activités, ralentissement de la ville [3], fin des gigantesques pôles commerciaux au profit des commerces de proximités [4], arrêt de la glorification irrationnelle de la possession d’une voiture notamment à travers la publicité, etc.

Une fois ce combat mené et gagné, il sera beaucoup plus simple de réagir aux éventuels problèmes soulevés actuellement, par exemple sur l’état des réserves pétrolières ou de matériaux : si vraiment le prix du pétrole continue d’augmenter, alors il sera aisé de se passer de voiture dans une société qui n’est plus construite pour elle, et si on trouve effectivement une super-énergie-propre-révolutionnaire-grace-au-progrès, il sera de même aisé de continuer à utiliser la voiture si on veut.


[1] d’après l’Automobile club de France (lobby pro-voiture), on a les chiffres suivants pour 2011 :

– Voiture neuve « low cost » de 4 CV, 9000 km par an : 4500€/an (0,50€ du km)
– Voiture neuve de 6 CV, 9000 km par an : 6000€/an (0,65€ du km)
– Voiture d’occasion de 6 CV, 9000 km par an : 2500€/an (0,30€ du km)
– Voiture neuve de 5 CV, 15000 km par an : 7500€/an (0,50€ du km)

source : http://www.automobile-club.fr/budget

[2] voir par exemple http://carfree.free.fr/index.php/2005/02/28/le-mythe-de-lindispensable-automobile/

[3] voir la campagne pour la ville à 30km/h : http://www.fubicy.org/spip.php?article365

[4] ce qui permettrait, de surcroît, de revitaliser l’activité économique, si l’on en croit Christian Jacquiau dans Les Coulisses de la grande distribution, sorti en 2000, où il indique que chaque emploi créé dans la grande distribution détruit trois à cinq emplois dans le secteur des PME et du commerce de proximité, ce qu’a confirmé la Chambre de commerce et d’industrie de Paris (CCIP). Voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Christian_Jacquiau

30km/h – Redonnons vie à nos villes

Logo 30km/h ville à vivre

Les organisations membres de la plateforme « 30km/h : redonnons vie à nos villes » : Droits du piéton, la Fédération Nationale des Usagers des Transports (FNAUT), la Fédération française des Usagers de la Bicyclette (FUB), France Auto Partage et Rue de l’Avenir vous invitent au lancement officiel, en France, de la campagne « 30km/h: redonnons vie à nos villes ».

Le vendredi 8 février à 11 heures, dans les locaux de la Maison du Vélo, 37 Boulevard Bourdon 75 004 Paris.

Un million de signataires pour la généralisation du 30km/h comme vitesse de référence en zones urbaine et résidentielle: c’est l’objectif que se fixe l’Initiative Citoyenne Européenne (ICE) lancée par des citoyens de 7 pays de l’Union.

Une telle mesure contribuerait à rencontrer les objectifs européens – non atteints – dans les domaines de la sécurité routière, de la réduction des nuisances sonores et de la pollution de l’air. Elle aurait aussi pour effet d’augmenter la convivialité et le bien être des usagers dans l’espace public.

Le 8 février, les associations françaises porteuses de l’initiative lanceront officiellement la campagne de récolte de signatures.

Signez la pétition : http://fr.30kmh.eu/

source : carfree.fr